CMI5, en bref

  • En Bref
  • xAPI
760 507 Sébastien FRAYSSE

Si ce nom ne vous dit rien, ça ne saurait tarder car il devrait s’imposer à nous d’ici peu… En effet, CMI5 n’est rien d’autre que le remplaçant imminent de SCORM ! Encore un standard ? Pas exactement. CMI5, ça dit comment utiliser xAPI pour faire ce que l’on faisait avec SCORM. Petite explication accessible à tous…

Des traces normalisées

Première mission de CMI5 : normaliser un ensemble de traces xAPI pour suivre la consultation des contenus e-Learning : lancement du contenu, complétion, réussite, échec. Tous ces événements (et quelques autres) prennent la forme de traces xAPI dont les règles d’écriture sont très strictes. On retrouve ainsi les mêmes informations que l’on collectait déjà avec SCORM.

Mais CMI5 présente quelques atouts supplémentaires. D’une part, on peut retracer le film précis des événements, là ou SCORM conservait un simple état de consultation. D’autre part, vous n’êtes pas limité aux traces CMI5 et pouvez enrichir vos contenus de traces plus spécifiques, CMI5 se positionnant comme un socle, et non comme un carcan. Celà ouvre des perspectives en termes d’analyse de données.

Un packaging simplifié

Le packaging, pour faire simple, c’est ce qui permet à un outil auteur d’exporter un contenu e-Learning (typiquement un fichier ZIP), qui pourra ensuite être importé dans un LMS. Même si d’autres méthodes de déploiement existent, le packaging reste utile et CMI5 se devait donc de le supporter.

Sur ce point, on peut dire que SCORM (en particulier 2004) n’avait pas fait dans la simplicité. CMI5 en tire les leçons et propose un modèle plus accessible, tout en assurant l’essentiel.

Un protocole de lancement sécurisé

C’est sans doute le point le plus technique, et pourtant il peut justifier à lui seul l’utilisation de CMI5. Pour simplifier, lancer un contenu e-Learning qui doit envoyer des traces à un LRS pose quelques problèmes de sécurité. Sans précaution particulière, un apprenant pourrait aisément modifier son identité, voire accéder à des données sensibles contenues dans le LRS.

CMI5 comble cet écueil et ça devenait urgent. En effet, certains outils proposaient déjà un export xAPI plus connu sous le nom de « Tin Can », qui contrairement à CMI5 n’est pas du tout sécurisé.

Une adoption qui devrait accélérer

Les plus avertis d’entre vous penseront peut-être : « CMI5 a déjà plusieurs années d’existence et il n’a toujours pas remplacé SCORM ! ». Et c’est vrai, car il faut que le marché des outils auteurs et des LMS s’adapte. Alors pourquoi penser que cela va changer à brève échéance ?

ADL a amorcé la transition de SCORM vers CMI5 et vient d’annoncer la sortie d’un test de conformité (CATAPULT) qui devrait s’imposer aux éditeurs souhaitant accéder aux marchés de la défense américaine. C’est cette méthode qu’ADL avait appliqué à SCORM et on sait l’impact que cela avait eu sur son adoption au niveau mondial.

Un webinar a eu lieu le 21 septembre 2021 sur ce sujet.

Vous avez aimé cet article ?

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du projet TRAX, ainsi que des articles de fond sur xAPI et les Learning Analytics. Les données collectées sont utilisées exclusivement pour l'envoi de la Newsletter. Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien fourni dans chaque email. En vous inscrivant, vous acceptez la politique de confidentialité du service Mailchimp que nous utilisons pour la gestion de la Newsletter.

Sébastien FRAYSSE

xAPI, Trax LRS, Learning Analytics, Moodle, Laravel

Contacter par email

Sébastien FRAYSSE

xAPI, Trax LRS, Learning Analytics, Moodle, Laravel

Contacter par email