Utiliser SCORM en ménageant l’avenir

Le standard xAPI (Experience API, aussi connu sous le nom de Tin Can) est annoncé comme le successeur de SCORM. Il est donc légitime de se demander s’il faut continuer à utiliser SCORM. Pour l’instant, la réponse est oui car l’adoption d’xAPI n’en est qu’à ses balbutiements. En dehors de cas très spécifiques, vous devez donc continuer à utiliser SCORM, à condition toutefois de prendre quelques précautions…

En effet, SCORM peut être utilisé de bien des manières. Certains usages ont fait leurs preuves, d’autres restent marginaux. Les créateurs d’xAPI ont tenu compte de ce retour d’expérience et la transition de SCORM vers xAPI sera d’autant plus facile que vous aurez conscience de ces tendances.

Paradoxalement, les pratiques à éviter pour faciliter la transition vers xAPI sont celles promues par la version la plus récente de SCORM : SCORM 2004. Il s’agit de la création de parcours constitués de grains très fins, dont l’enchaînement peut être contrôlé par les mécanismes de « séquencement et navigation ».

En effet, l’affichage et le contrôle de tels parcours revient au LMS. Les parcours ainsi développés ne peuvent donc être joués que par votre LMS, ce qui constitue une forte contradiction philosophique avec l’approche d’xAPI qui privilégie l’indépendance entre contenus et LMS. Mieux vaut donc regrouper vos grains fins en grains plus vastes, disposant de leur propre système de navigation interne. Ils gagneront en autonomie.

Bien sûr, on pourra regretter une perte de finesse dans le suivi, puisque le LMS trace la complétion et le temps passé grain par grain. Demandez-vous alors si une telle finesse de suivi est réellement nécessaire, et si oui, souvenez-vous que SCORM offre la possibilité de suivre se qui se passe à l’intérieur d’un grain (utilisation des « objectifs »).

Si vous utilisez des outils de Rapid Learning pour développer vos contenus, la question ne se pose pas puisque ces outils optent généralement pour ce type d’approche, qualifiée de « parcours mono-grain » (mono-SCO pour les techniciens).

Fini donc les grains ultra fins organisés et séquencés par des parcours SCORM. Respectez donc cette règle et la transition vers xAPI en sera facilitée le temps venu…

Utiliser SCORM en ménageant l’avenir

xAPI (Experience API) : la course est-elle lancée ?

Il y a 2 mois, ADL annonçait en grande pompe la sortie officielle de la version 1.0 de xAPI (ou Experience API, anciennement Tin Can), le résultat d’un cheminement long et sinueux. Et pourtant, un chemin tout aussi long reste à parcourir avant que xAPI connaisse (ou pas) un franc succès. L’annonce d’ADL n’est que le point de départ d’une nouvelle aventure dans laquelle vous serez sans doute impliqué, d’une manière ou d’une autre.

Afin de vous donner une idée de ce qui vous attend, je souhaitais mettre ici en perspective quelques événements et tendances qui devraient marquer les prochains mois et prochaines années.

Du coté des standards…

AICC CMI-5

L’AICC publiera dans les prochains mois une spécification nommée CMI-5, qui repose en très grande partie sur xAPI. Pourquoi ? Parce que xAPI ne dit pas comment continuer à faire ce que l’on faisait avec SCORM, c’est-à-dire diffuser des contenus sur un LMS qui est chargé de tracer l’activité pédagogique. CMI-5 précisera donc les modalités d’application de xAPI dans le contexte « traditionnel » des plateformes LMS.

TLA (Training & Learning Architecture)

On le sait peu, mais xAPI n’est en fait qu’une pièce du puzzle que prépare ADL. Rappelons que xAPI se concentre sur le suivi des expériences pédagogiques. De même que SCORM recouvrait d’autres notions comme le packaging et les métadonnées, ADL pose un cadre plus large autour de xAPI nommé TLA, traitant de l’accès aux contenus, du profilage des apprenants et du lien avec les compétences.

[info]Il est clair que xAPI n’est que la première brique d’un ensemble de spécifications dont les contours restent à préciser avant de pouvoir poser un regard global sur les standards de demain.[/info]

Du coté des éditeurs…

Les précurseurs

Ceux-là sont déjà sur le coup ! Avant même la sortie de la version 1.0, ils annonçaient l’implémentation de xAPI. Ils s’appellent Articulate, Lectora, Docebo, eFront, Litmos, etc. xAPI leur fournit une occasion de se démarquer et de communiquer. Alors bien sûr, la mise en œuvre relève souvent plus de l’expérimentation que d’une solution aboutie. Mais à force d’expérimenter, ces éditeurs pourraient bien prendre une longueur d’avance sur leurs concurrents…

Les suiveurs

On trouve là le gros des troupes, nourries d’une certaine prudence que certains qualifieront de sagesse. L’expérience SCORM 2004, qui a demandé de gros efforts pour des résultats très discutables, est encore dans les esprits. Alors pourquoi ne pas laisser les autres essuyer les plâtres d’un standard non abouti ?

[info]Qui du lièvre ou de la tortue l’emportera ? Bien malin celui qui peut répondre à cette question. Ce qui est sûr, c’est que les annonces d’éditeurs vont se succéder et qu’il faudra savoir lire entre les lignes…[/info]

Du coté des maîtres d’ouvrage…

Là aussi, on devrait trouver des précurseurs et des suiveurs. A ceci prêt que pour le département formation d’une entreprise ou pour un centre de formation, il est difficile de jouer les précurseurs si les outils ne suivent pas. On devrait donc assister à un attentisme forcé, le temps que les outils auteurs et plateformes LMS proposent des solutions sérieuses.

[info]Il est donc urgent d’attendre me direz-vous ? Et pourtant… C’est le moment d’y penser ![/info]

Quand j’écris « penser », je pèse mes mots car on dehors de cas très spécifiques, il n’est à ce jour pas raisonnable d’exiger une conformité xAPI dans un cahier des charges e-Learning. En revanche, le délai nécessaire à l’adoption généralisée de xAPI offre aux maîtres d’ouvrage une opportunité inespérée : réfléchir dès aujourd’hui aux usages et échanger avec leurs partenaires technologiques – éditeurs de plateformes en tête – pour une mise en œuvre concertée et appliquée de ce nouveau standard.

xAPI (Experience API) : la course est-elle lancée ?

Quel standard choisir pour son projet e-Learning ?

AICC, SCORM 1.2, SCORM 2004 : 3 standards qui traitent des mêmes problématiques. Et pourtant, l’un n’a pas remplacé l’autre. Les trois continuent à coexister alors qu’un nouveau standard est en préparation. Dès lors, quel standard doit-on adopter pour son projet e-Learning ?

Choisir le plus flexible

Des 3 standards, l’AICC a été le précurseur. Né en 1993, il répondait à l’origine à des problématiques de déploiement offline, puis a été complété par 2 techniques onlines avec l’essor du Web. Cela laisse aujourd’hui 3 options de mise en œuvre à ceux qui souhaitent adopter ce standard.

AICC est principalement choisi pour des raisons techniques car il offre des options de déploiement que SCORM ne couvre pas.

Choisir le plus populaire

SCORM 1.2 a su simplifier et compléter les apports de l’AICC pour aboutir à un standard simple, aux contours bien définis. Résultat : une adoption rapide et généralisée par l’ensemble des acteurs du marché, ce qui en fait un standard à ce jour non détrôné.

Lorsque l’on développe des contenus et que l’on ne connait pas la plateforme cible, SCORM 1.2 est généralement choisi pour garantir la plus large compatibilité possible.

Choisir le plus récent

8 ans déjà que SCORM 2004 à vu le jour. Et pourtant, il s’agit bien du dernier en vigueur, apportant des clarifications ainsi que de nouvelles fonctionnalités. Malheureusement, il n’a pas connu le succès fulgurant de son grand frère (SCORM 1.2) car jugé trop complexe par de nombreux acteurs du marché. SCORM 2004 reste ainsi partiellement implémenté par de nombreux éditeurs.

SCORM 2004 est le plus souvent choisi par souci d’appliquer le standard dernier cri, à condition d’être sûr de la conformité de la plateforme adoptée. Les plus courageux choisissent SCORM 2004 pour bénéficier de ses apports fonctionnels (navigation & séquencement).

Choisir le plus prometteur

SCORM 2004 reste le dernier standard officiellement en vigueur, mais son successeur est en préparation. Il s’agit de « Tin Can », aussi appelé « Experience API » (ou xAPI), édité par ADL, l’organisme à l’origine de SCORM. Des discutions sont actuellement en cours avec l’AICC pour une approche unifiée, mais on peut s’attendre à une sortie officielle en 2013.

Experience API (Tin Can) promet des applications jusqu’ici non couvertes par SCORM : déploiement hors-navigateur et sur mobile, suivi de l’apprentissage informel, etc. Si ces thèmes vous concernent, explorez Tin Can.

Conclusion

[quote]Quel standard choisir pour son projet e-Learning ?[/quote]

4 solutions s’offrent à vous, en fonction de vos objectifs et de vos contraintes :

  • AICC pour sa flexibilité technique
  • SCORM 1.2 pour son universalité
  • SCORM 2004 pour ses fonctionnalités ou simplement pour être à jour
  • Tin Can pour innover
Quel standard choisir pour son projet e-Learning ?