Les LRS, en bref

Les LRS, en bref

  • LRS
760 507 Sébastien FRAYSSE

Les LRS (Learning Record Store) s’inscrivent peu à peu dans le paysage des nouveaux outils du Digital Learning. C’est la conséquence directe de la mise en œuvre du standard xAPI. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Que permettent-ils de nouveau ? Voici une introduction non technique au monde des LRS.

Définition

Voici la définition officielle fournie par ADL, auteur du standard xAPI :

A server (i.e. system capable of receiving and processing web requests) that is responsible for receiving, storing, and providing access to Learning Records.

Dit autrement, le LRS est une base de données dont le rôle est de stocker des traces d’apprentissage. Mais ce n’est pas tout. Ces données, une fois stockées, sont accessibles par d’autres applications. L’enregistrement des données dans le LRS, ainsi que leur récupération par des applications tierces, se fait par un mécanisme standardisé. On parle de manière générale d’API.

Un outil nouveau, et stratégique

La notion de LRS est nouvelle. Elle a été introduite par xAPI. Si vous avez le courage de lire la spécification, vous constaterez que l’on y parle très peu de LMS, mais très souvent de LRS. C’est un changement majeur par rapport à SCORM. En fait, le LRS est actuellement le seul type de solution qui peut être officiellement certifié « conforme xAPI » par ADL.

Après tout, les données prennent une telle importance dans notre ère digitale, qu’elles méritaient bien un outil dédié. On voit ainsi un marché des LRS se développer. Au-delà des fonctionnées centrales du LRS (celles qui peuvent être certifiées), certains produits apportent des capacités complémentaires. On peut en fait distinguer 3 types de LRS.

Les LRS orientés « stockage de données »

Ces LRS se concentrent sur leur fonction primaire : stocker des données et assurer leur échange avec d’autres systèmes. Ils mettent en œuvre l’ensemble du standard xAPI, mais ne vont pas plus loin, à l’exception de quelques fonctions d’administration et d’exploration des données. Le LRS est vu comme un composant technique, que la plupart des acteurs de la formation ne voient pas.

Les LRS orientés « Learning Analytics »

Ces LRS mettent eux aussi en œuvre l’ensemble du standard xAPI, mais ajoutent de nombreuses fonctions d’exploration et de visualisation de données. Il est généralement possible de créer ses propres rapports et alertes, de sorte que le LRS devient un vrai outil de monitoring, à destination des responsables formation, formateurs et tuteurs. Une gestion des droits est bien sûr assurée.

Les LRS « intégrés »

Les LMS sont peu évoqués par le standard xAPI, mais ils n’en restent pas moins bien présents dans le paysage du Digital Learning. Bien qu’il n’y ait pas de définition officielle, on peut considérer qu’un LMS est « conforme » à xAPI lorsqu’il intègre un LRS dans lequel il enregistre tout ou partie des traces des apprentissages qu’il supporte. Le LRS est dans ce cas invisible pour l’utilisateur. C’est une base de données au service du LMS, qui est aussi potentiellement ouverte sur l’extérieur, c’est à dire capable d’échanger des données avec des applications tierces.

A retenir

Les LRS prennent des formes variées, du simple composant technique à l’outil de monitoring de la formation. Certes, le marché des LRS est encore jeune. Mais il se développe progressivement, certain d’occuper une place de plus en plus importante dans un monde où les données deviennent stratégiques.

Sébastien FRAYSSE

Consultant en Learning Analytics. Expert des standards xAPI, CMI5, SCORM. Développeur Web.

Contacter par email

Laisser un commentaire

Sébastien FRAYSSE

Consultant en Learning Analytics. Expert des standards xAPI, CMI5, SCORM. Développeur Web.

Contacter par email