e-Learning et différences culturelles

“Lorsque la culture et le changement sont en conflit, c’est toujours la culture qui gagne.”

Cette citation devrait sonner comme une mise en garde à l’oreille de ceux qui doivent déployer des stratégies e-Learning touchant des entités ou individus de cultures différentes.

Prenons à titre d’exemple une entreprise souhaitant fédérer les opérations e-Learning de ses différents sites implantés à l’étranger. La tentation de centraliser et d’uniformiser les processus est forte, mais risque de s’opposer aux pratiques et cultures locales.

Evitons les grands discours, je tenterai de vous en convaincre par quelques autres citations, tout comme la première extraites des interviews menées par Corinne Baujard dans son livre “Stratégie e-learning – management et organisation”…

“Les anglo-saxons misent sur le libre accès où chacun est autonome et responsable. Aux Etats-Unis, l’accès aux formations est entièrement libre, avec pas du tout de tutorat. A l’opposé, dans les pays latins, le tutorat est pratiquement obligatoire car on considère qu’il faut accompagner le changement, communiquer, beaucoup, prendre en main la personne.”

“La façon dont on rentre dans la formation diffère beaucoup d’une personne à une autre. Les anglo-saxons vont de l’anecdote au plus général, les français du général au particulier (…)”

“Une entreprise (…) a dû changer son système d’information parce que la décision prise au niveau central était en contradiction avec les habitudes délocalisées du groupe.”

“Dans la mise en œuvre du e-Learning on laisse chaque entité s’approprier le service et l’idée, et on laisse l’autonomie et la flexibilité. Les cultures sont très fortes.”

Update 1 : Autres indices à prendre en compte, extraits d’une étude de Cegos et relayé par un article des Echos.fr intitulé “Formation : les Français plus passifs que les autres Européens ” :

“Les salariés français prennent moins d’initiatives que leurs homologues allemands, espagnols ou britaniques pour se former. Ils sont également moins ouverts aux pratiques innovantes du e-Learning ou des « serious games » .”

Update 2 : Une étude d’SAP sur les comportements permettant une formation plus efficace avec un public chinois :

e-Learning et différences culturelles

2 réflexions sur “e-Learning et différences culturelles

  1. PERREYMOND Gilles dit :

    Salut Sébastien,

    Autant sur le e-Learning pur et dur je suis d’accord avec cette aspect du respect de la culture pour que le produit marche et soit attractif.

    Autant concernant le « serious gaming » je serais un peu moins radical.
    Le jeux à proprement parlé est une culture à part entière et justement le « serious gaming » est capable de réconcilier le « e-Learning » traditionnel et la culture de tout un chacun.

    Il suffit juste de trouver les bonnes méthodes :)

  2. Sébastien FRAYSSE dit :

    Bonjour Gilles,

    Je pense aussi que les ressorts du Serious Game peuvent favoriser la motivation de l’apprenant.

    Mais j’ai l’impression que ce qui est en cause dans l’étude Cegos, c’est surtout la démarche d’aller de sa propre initiative vers la formation (auto-formation), qui semble être moins naturelle en France que dans d’autres pays.

    Cela milite en faveur d’une forte communication, d’un accompagnement, d’une incitation des travailleurs à se former. Tout du moins tant que « se former » ne sera pas devenu un réflexe naturel, une tâche comme une autre dans son activité professionnelle quotidienne.

Les commentaires sont fermés.