Tendances LMS : accessibilité

Notre définition de l’accessibilité

Le terme « accessibilité » est communément utilisé pour désigner les mesures favorisant l’accès au Web pour les personnes handicapées ou souffrant de divers déficits. Je l’étends à la facilité d’accès pour tous les apprenants, partant du principe que tout individu est confronté à ses propres capacités ainsi qu’à ses propres contraintes d’environnement.

Facilité d’utilisation

Les apprenants ne sont pas tous rompus à l’environnement informatique. Une des principaux freins à la réussite d’un dispositif e-Learning est donc la complexité des environnements numériques. Certains éditeurs l’ont compris et misent sur l’ergonomie et la simplicité d’utilisation.

Certains LMS étaient très (trop ?) complets sur le plan fonctionnel, et donc lourd et complexe à utiliser. (…) Nous avons donc choisi de lancer le développement de Knowledge Place en nous fixant des objectifs précis : une solution à la fois simple et complète, une ergonomie Internet riche pour une expérience utilisateur plus conviviale et plus interactive (…). –Eric Malalel, Lynx Online

Lorsque nous avons édité la première version d’elearning manager en 2002, c’était effectivement pour cette raison : fournir un produit simple et abordable. Ce concept de LMS convivial était en rupture avec ce qui se faisait à l’époque, à savoir des solutions très IT et peu pédagogiques. Ce positionnement nous a valu un succès rapide dans de très nombreux comptes et notamment des multinationales. –Jérôme Bruet, e-Doceo

Si j’en crois nos clients, la prise en main d’OnlineManager est simple, rapide et conviviale. En effet, nous accordons une attention toute particulière à l’ergonomie et à l’interface graphique faisant oublier un environnement informatique. –Michèle Guerrin, OnlineFormapro

Le LMS met l’accent sur l’expérience utilisateur en fournissant une interface simple, claire et moderne. Nous fournissons les outils et fonctions dont les clients ont réellement besoin et ne surchargeons pas le produit. –Jeff Armant, Cogentis

L’interface claire et simple de CLIX 2010 aide l’apprenant à se situer dans son apprentissage, à identifier les prochaines tâches à effectuer et à retracer très vite son historique d’apprentissage. –Marco Kelting, IMC

Accès déconnecté

Le postulat initial du « tout-en-ligne » propre au e-Learning visait à rendre la formation accessible partout et tout le temps. C’était sans compter sur les nombreuses situations pour lesquelles aucune connexion Web n’est disponible : contexte sécurisé, apprenants itinérants, régions sous-équipées, etc. Une lacune que nombre d’éditeurs comblent à présent par un mode déconnecté.

Nous avons commencé très tôt avec le mode déconnecté. MOS Solo pour les concepteurs de contenus eLearning et MOS Player pour les apprenants. Un logiciel pour télécharger et jouer les cours en local avant de les synchroniser en un clic lorsqu’une connexion est à nouveau disponible avec MOS Chorus. –Elodie Primo, MindOnSite

La demande de nos clients en la matière porte essentiellement sur les profils itinérants. Nous avons donc proposé un player Off Line compatible AICC/SCORM autorisant ainsi le téléchargement des contenus sur le player de l’apprenant, la consultation en mode déconnecté et la synchronisation automatique. –Pierre-Henry Amalric, XPERTeam

La mobilité, comme une évidence ?

Téléphones mobiles, SmartPhones, tablettes… Ces nouveaux terminaux ont envahi notre quotidien et répondent au besoin de mobilité des travailleurs. Ils étendent les capacités d’accès à l’e-Learning – en tout lieu et à tout moment – à condition toutefois de s’accommoder d’une ergonomie restreinte et de débits limités. De nouveaux usages, propres au mobile, apparaissent.

La mobilité est un vecteur très important dans l’apprentissage d’aujourd’hui. Il est essentiel pour un apprenant d’accéder à l’information n’ importe où et n’importe quand afin de le maintenir impliquer dans sa formation. –Emmanuel Clemot, Blackboard

Le Mobile Learning sur téléphone n’a pour le moment pas vocation à remplacer la formation en ligne sur PC, mais il permet de diffuser de petits contenus informatifs ou des quiz très facilement, et donc de se former en quelques minutes, où qu’on se trouve ! Nous avons par exemple un opérateur téléphonique, qui propose cette méthode à ses vendeurs en magasin, ce qui permet d’avoir de l’information rapidement sans monopoliser de poste informatique. –Elodie Primo, MindOnSite

Ce que nous voyons, c’est que les organisations veulent tirer parti de la mobilité en démarrant des projets sous contrôle mais ambitieux. L’e-Learning mobile n’est pas un remplacement de l’e-Learning traditionnel, mais un important complément pour fournir des formations courtes et appliquées et pour supporter des initiatives e-Learning plus larges. –Bas Kramer, Outstart

Cela pose bien sûr quelques défis. Les éditeurs doivent faire face aux limites de bande passante. Ils doivent fournir des solutions intelligentes pour synchroniser les données entre le système source et les terminaux mobiles. Ils doivent formater les contenus en fonction des tailles d’écran. Ils doivent s’assurer que la navigation reste aussi simple que possible. Et, point critique, ils doivent s’assurer de la fiabilité de la communication avec le système de l’entreprise. –Erik Finch, SumTotal

Ils les utiliseront (les téléphones) comme outils de support de la performance pour identifier, appeler et échanger avec des experts. Ils accèderont à Internet depuis leur mobile pour répondre à des questions. Ils utiliseront les réseaux sociaux et autres ressources communautaires pour trouver des connaissances partagées en interne et en externe. –Maria van Vlodrop, CertPoint

Le Mobile Learning peut enrichir l’expérience utilisateur. Il est généralement admis que l’e-Learning mobile pourrait être un facteur important dans la motivation et l’engagement des jeunes apprenants, là où les méthodes traditionnelles ont échoué. (…) Et gardons à l’esprit ceci : pour de nombreux lieux, le mobile et le principal moyen d’accès à Internet. –Marco Kelting, IMC

Tendances LMS : accessibilité